Conclusion

      La mise en place de la filière éthanol devrait se concrétiser très rapidement car le gouvernement s’est engagé au côté des agriculteurs et des producteurs d’éthanol, des distributeurs de carburants et des constructeurs en mettant en place diverses mesures fiscales de manière à arriver très rapidement à l’indépendance énergétique. L’arrivée du biocarburant éthanol ouvrira aussi de nombreux débouchés non alimentaires pour l’agriculture mais aussi la création de nombreux emplois pour répondre à la demande.

      Son arrivée permettra d'avoir une augmentation substantielle du revenu des planteurs mais aussi de tous les agriculteurs car il faudra cultiver plus de canne pour répondre à la demande et cela quelle que soit la zone géographique.

     Il faudra encore travailler sur le coût qui pour l’instant est trop élevé. Grâce à la filière rhum, sucre, canne existante, il émergera un pôle compétitive où la valorisation énergétique de la canne à toute sa place. Mais pour cela il faudrait que des conditions favorables soient réunis telles que : l’augmentation des rendements agronomiques par le développement de l’irrigation, l’amélioration des rendements industriels de conversion sucre éthanol et le maintien des aides économiques à la tonne de canne, le cours du pétrole étant habituellement haut (à partir de 80 dollars le baril).

      La production d’éthanol pourra constituer un débouché complémentaire permettant de conforter la production de sucre et de rhum et ainsi pérenniser la production de canne.

  Il faudra aussi veiller à ce que la population ne soit pas lésée et que les démunis qui possèdent des terres agricoles non culturés ne soient pas spoliés de leurs biens par d’autres à profits d’enrichissement personnel avec le biocarburant car cela ne ferait qu’accroître la misère et la pauvreté des plus démunis.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site